Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 09:36

1418335.jpg

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 11:30

 

 

PAIMPOL, LA HALLE

PRESENTE

CET ETE, UNE EXPOSITION,

 

EN SOUVENIR DU BARDE BRETON

BOTREL_DANS_SON_CABINET_DE_TRAVAIL.gif

expobotrel060.jpg

 

LA PAIMPOLAISE

 

 

Quittant ses genêts et ses landes
Quand le Breton se fait marin
En allant aux pêches d'Islande
Voici quel est le doux refrain
Que le pauvre gars
Fredonne tout bas

refrain:
J'aime Paimpol et sa falaise
Son église et son Grand Pardon
J'aime surtout ma Paimpolaise
Qui m'attend au pays Breton

Quand les marins quittent nos rives
Le curé leur dit: " Mes bons fieux "
Priez souvent Monsieur Saint-Yves
Qui nous voit des cieux toujours bleus
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas

Le ciel est moins bleu n'en déplaise
A Saint-Yves notre patron
Que les yeux de la Paimpolaise
Qui m'attend au pays Breton

Guidé par la petite étoile
Le vieux patron d'un air très fin
Dit souvent que sa blanche voile
Semble l'aile du Séraphin
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas

Ta voilure mon vieux Jean Blaise
Est moins blanche au mât d'artimon
Que la coiffe à la Paimpolaise
Qui m'attend au pays Breton


Le brave Islandais sans murmure
Jette la ligne et le harpon
Puis dans un relent de saumure
Il s'affale dans l'entrepont
Et le pauvre gars
Soupire tout bas


Je serions bien mieux à mon aise
Devant un joli feu d'ajonc
A côté de la Paimpolaise
Qui m'attend au pays Breton

Mais souvent l'Océan qu'il dompte
Se réveillant lâche et cruel
Et lorsque le soir on se compte
Bien des noms manquent à l'appel
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas

Pour combattre la flotte anglaise
Comme il faut plus d'un moussaillon
J'en f'rons deux à ma Paimpolaise
En rentrant au pays Breton

Puis quand les vagues le désigne
L'appelant de sa grosse voix
Le brave Islandais se résigne
En faisant un signe de croix
Et le pauvre gars
Quand vient le trépas

Serrant la médaille qu'il baise
Glisse dans l'Océan sans fond
En songeant à la Paimpolaise
Qui l'attend au pays Breton.

Théodore Botrel

 

 

 

Théodore BOTREL employé des Chemins de Fer devint célèbre en chantant la Bretagne

Vétu du large pantalon flottant ( bragor braz) il chantait entre autre " La Paimpolaise" composée par Félix Mayol ( 1872-1941.

Pendant la Première Guerre Mondiale, il alla sur le Front chanter " Ma mitrailleuse" sur l'air à la mode de " Ma petite Tonkinoise".

Dans les années 30, lorsque Rina Ketty se lançait dans la chanson, elle interpêté au cabaret " Le lapin à Gill" des textes de Théodore Botrel.

botrelw.jpg

Théodore BOTREL est mort prématurément.

Bien que réformé, il engagea en 1914, il fut blessé mais aussi gazé.

Son décès à Pont Aven survient à lasuite d'une congestion pulmonaire.

Théodore Botrel était d'une santé fragile, puisqu'il avait été réformé des suites d'une pleurésie.


GENEALOGIQUE DE THEODORE BOTREL


Mariages avec une luxembourgeiose et une alsacienne.

Les BRISORGUEIL et les HUET localisés à Lanrelas à la fin du XVIème siècle.

Les MULLER , Meuniers sur quatres générations.

Les WEISS, maréchaux - ferrants.

et d'autres tonneliers de père en fils.

La famille CHARDIN de la région de Vire.

 


RETOUR HAUT DE PAGE

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 13:49

 

 

Ernest RENAN


imagesCA5ZEQ0H.jpgNé à Tréguier le 28 février 1823

Décédé à Paris le 2 octobre 1892


Historien, philosophe et écrivain français

Fils d’un capitaine de vaisseau dans la marine marchande, Ernest Renan se destine d’abord à devenir prêtre, puis se détourne de sa première vocation pour se consacrer à la philologie et à l’histoire des religions.


C'est dans cette maison à pans de bois de la fin du XVIème siècle qu'Ernest RENAN, né en 1823, vécut ses 15 premières années.

 


dscn8978.jpg  dscn8979

Penseur et écrivain, il a revendiqué le droit de libre expression pour la critique historique et religieuse

Son influence fut considérable.

Sa demeure conserve des documents et des souvenirs de l'auteur de " La vie de Jésus" et des " Souvenirs d'enfance et de jeunesse".

 

Ernest RENAN était fâché avec la Foi, fâché avec la Mort.

Fâché avec Tréguier qui le lui rendit bien.

 

djlqrg8v.jpg 92_1.jpg


" Si une rue porte un jour son nom, aucun prêtre n'y mettra les pieds".

Mais la rue Renan commence au seuil de la belle demeure où il est né.

Le philosophe triste est assis pour l'éternité à la porte de la cathédrale où il n'entrait guère !!

monument_ernest_renan_treguier1.jpg

  SA VIE


« En septembre 1848, il est reçu premier à l’agrégation de philosophie. Âgé seulement de vingt-cinq ans, il entreprend la rédaction de L’Avenir de la science qu’il laissa longtemps inédit sur les conseils d’Augustin Thierry et qui ne paraîtra que quarante ans plus tard en 1890.

Chargé de mission en Italie en 1849 et 1850, il visite Rome, Florence, Padoue et Venise tout en préparant sa thèse de doctorat sur Averroës et l’averroïsme qu’il présente en 1852. Renan se voit alors confier la chaire d’Hébreux au Collège de France. Il a alors 39 ans. Mais, dès son premier cours, il sera révoqué, pour avoir prononcé ces mots jugés sacrilèges : "Jésus, cet homme admirable." »

Archéologue, Ernest Renan assuma, lors de l'expédition française de 1860-1861, la direction de la célèbre mission en Syrie, Syrie où il fouilla sur les sites antiques de Byblos, de Sidon et de Tyr, se posant alors comme le spécialiste incontestable de la Phénicie. Philologue, épris du monde de la Bible, il traduisit en particulier le Livre de Job (1858) et le fameux Cantique des Cantiques (1860).

« Philologue très versé dans les langues sémitiques, après avoir abandonné l'état ecclésiastique, il fut deux fois lauréat de l'Institut; professeur d'hébreu au Collège de France en 1862, il fit paraître en 1863 la Vie de Jésus, qui est son œuvre capitale, et qui souleva d'extraordinaires polémiques ; des quantités incroyables d'attaques ou de défenses de cette œuvre parurent en France et à l'étranger; le pape l'appela "le blasphémateur européen", des manifestations hostiles se produisirent au Collège de France, qui amenèrent la suspension de son cours. Le gouvernement impérial lui offrit comme compensation l'administration de la Bibliothèque nationale qu'il refusa. Son nom fut prononcé pour un fauteuil à l'Académie, mais l'évêque Dupanloup associa le nom d'Ernest Renan et de Taine à celui de Littré qu'il combattait avec passion. Après la guerre de 1870, les idées du monde gouvernemental s'étaient modifiées, Ernest Renan fut réintégré dans sa chaire en 1870 et nommé par l'élection administrateur du Collège de France en 1873 où il fut réélu tous les trois ans. Membre de l'Académie des Inscriptions depuis 1856, il fut élu à l'Académie française le 13 juin 1878 en remplacement de Claude Bernard, et reçu le 3 avril 1879 par Alfred Mézières.

Son discours de réception produisit en Allemagne une vive émotion qu'Ernest Renan dut calmer en publiant une lettre soi-disant adressée à un ami d'Allemagne. La haine du parti religieux contre Renan n'a jamais désarmé ; le maréchal de Mac-Mahon refusa de le nommer officier de la Légion d'honneur; Renan obtint ce grade seulement en 1880… » (extrait de la notice de l’Académie française). Il est mort à Paris en 1892 quelques mois après avoir achevé son Histoire d'Israël.

 

Voir sa bibliographie sur ce lien : bibliographie

 

Coup d'oeil sur Tréguier.

 


 

cliquer sur l'image pour écouter la musique !

 


RETOUR HAUT DE PAGE

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:34

 

ANATOLE LE BRAZ

2 Avril 1859- 20 mars 1926

 
260px-Anatole_Le_Braz_portrait_1915.jpg

Anatole Le Braz est né à Saint-Servais (Côtes-d'Armor). Il est interne au lycée de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), établissement qui porte aujourd'hui son nom, alors que son père instituteur exerce sa fonction en différentes écoles de Bretagne. Enfant, il passe ses vacances dans le Trégor, qui a beaucoup inspiré son œuvre.

 

Il prépare une licence de lettres à Paris et une agrégation de philosophie qu'il ne termine pas pour raisons de santé. Cela ne l'empêche pas d'obtenir en 1886 un poste de professeur de lettres au lycée de Quimper, nomination qui déclenche sa vocation littéraire.

 
À Quimper avec François-Marie Luzel, il collecte des chansons populaires bretonnes qu'ils publieront sous le titre Soniou. Il réalisera par le suite des enquêtes auprès des paysans et des marins de Bretagne, récoltant chansons, contes et légendes populaires. À la suite de ses travaux, il publie notamment La Légende de la mort, Les Saints bretons d'après la tradition populaire et Au Pays des pardons. C'est lui qui gardera et publiera partiellement les manuscrits de Jean-Marie Déguignet.

 

9782842653170            9782909924304


En août 1898, il est président de l'Union régionaliste bretonne créée à Morlaix à la suite de fêtes bretonnes. Il rejoint en 1899 l'Association des bleus de Bretagne.

 

9782846182515      9782843624117

 


Il passe ensuite maître de conférence puis professeur à la faculté des Lettres de Rennes entre 1901 et 1924. Ses travaux portent sur la Bretagne, le romantisme et sur le théâtre celtique, sujet de sa thèse en 1904. Il est également chargé de mission d'enseignement en Suisse et aux États-Unis.

 

9782849901151

 


Partager cet article
Repost0